LE DIJON SINGLETRACK SERA PRESENT AU XTERRA FRANCE CE WEEK-END

Tout nouveau sur le circuit, le Dijon Singletrack et ses mouflons, qui revendiquent un certain anticonformisme, ne compte pas pour autant rester dans l'ombre. Loin de là...


Pour l’une de leur première sortie collective en compétition, samedi, lors de l’épreuve sprint du triathlon de Dijon, ils ne sont pas passés inaperçus. À double titre. D’abord par leurs tenues noires flanquées d’un rouge-jaune-vert qui ne leur évitera pas le rapprochement avec le drapeau jamaïcain. Ensuite parce qu’en classant six athlètes dans le top 20, forcément, ça se voit.

 

C’est bien sur les deux tableaux que le Dijon Single Track entend persister et signer. Ce sont bien les couleurs panafricaines, qui reprennent celle de l’Éthiopie, seul pays à avoir conservé sa souveraineté lors du démembrement du continent africain au XIX e siècle, qu’ils arborent. S’ils seront facilement reconnaissables au sein d’un peloton, ils assument complètement leur forme de rébellion, encore confirmée par le choix d’un bestiaire, le mouflon, sorte de mouton montagnard n’ayant jamais été domestiqué. De leur philosophie à leur terrain de jeu naturel, tout est dit.

 

D’ailleurs, si à l’origine le “DST” a d’abord rassemblé des triathlètes qui, dans un mouvement similaire à celui des trailers qui ont quitté la route pour les chemins et les sentiers, en ont eu marre du bitume et avaient soif de grands espaces, il s’est ouvert à toutes les pratiques dont le dénominateur commun est dame nature. Triathlètes donc, mais aussi trailers, vététistes… « Au départ, ce sont des pratiques en marge. Ce sont donc des gens qui sont bien contents de trouver des collègues d’entraînement », explique Gérald Lenourry, ancien membre de Dijon Triathlon et à l’origine de ce nouveau regroupement.

 

Trois-quatre rendez-vous hebdomadaires

Selon les impondérables de chacun, c’est une petite dizaine de personnes qui se retrouvent lors des trois à quatre rendez-vous hebdomadaires, dont les programmes sont constitués de course à pied sur le plateau de Chenôve, de trails à Corcelles l’hiver et de VTT l’été, de natation au lac Kir et en bassin à partir de la prochaine rentrée.

 

« Chacun profite de l’expérience des uns ou des autres. » Et ces expériences sont et très diverses et qualitatives. On retrouve ainsi des gens du team Bourgogne Esprit Nature, comme Benjamin Petitjean, en tête du Trail Tour National, des vététistes comme Thomas Méï ou Pierre-Louis Thévenin, qui ont pris part à la dernière Transvésubienne, une épreuve VTT sur les hauteurs de Nice avec 3000 m de dénivelé positif puis 4000 m de dénivelé négatif, des skieurs comme Nicolas Seguin, top 60 de la dernière Transjurassienne, ou encore Céline Augueux, amatrice de raid en tout genre et du dernier Adventure Race au Costa Rica, avec orientation, canoë, VTT durant quatre jours et trois nuits non-stop en forêt équatoriale hostile par définition…

Ne cherchez pas, ils adorent ça. Et le X Terra France de dimanche apparaît presque comme une promenade de santé.

 

Le XTerra France, qui se déroule dimanche à Xonrupt, dans le massif des Vosges, est la seule étape française du XTerra World Tour, un ensemble de triathlons “nature” qui, après la traditionnelle épreuve de natation, propose un parcours VTT, puis un parcours trail, en guise de vélo et de course à pied. C’est également le plus grand triathlon nature en Europe. Le but des manches est de se qualifier pour le championnat du monde XTerra, qui se déroule chaque année à Hawaii en octobre.

Dimanche, le X Terra France débute par 1500 m de natation dans le lac de Longemer, se poursuit par 34 km de VTT en deux boucles entre Xonrupt et Gérardmer, et se termine par 10 de trail au-dessus du lac de Longemer. Sept cents concurrents sont au départ. Les inscriptions sont closes depuis le mois de janvier.

 

8 juillet : X Terra France, avec David Bachelet, Jean-Marie Chaignet, Olivier Croibier Muscat, Karelle Dubief, Jeffrey Fleury, Bertrand Fraisse, Timoté Gaugry, Romuald Genin, Grégory Greff, Gérald Lenourry, David Philippe, Lilian Richardet, Charly Sibille et Yann Vinay.

 

14-15 juillet : championnats de France VTT aux Gets, avec Timoté Gaugry et Charly Sibille.


22 juillet : X2 Courchevel.

 

22-26 juillet : duathlon – triathlon de l’Alpe d’Huez, avec Fabien Zalmat et Grégory Greef.


15 août : triathlon courte distance d’Embrun, avec Fabien Zalmat, Céline Augueux et Gérald Lenourry.

 

er septembre : duathlon des Sables, avec Timoté Gaugry.

 

2 septembre : Triathlon du Revermont, avec Gérald Lenourry.

 

ce site a été créé sur www.quomodo.com